Voici 4 bénéfices du vélo électrique au Québec



Magali Bebronne est chargée de programme pour les transports actifs chez Vélo Québec et possède une expertise considérable en ce qui a trait aux désormais populaires vélos électriques. Elle met en lumière les bénéfices pour les étudiant.es et les travailleur.euses d’utiliser ce véhicule, entre autres, pour leurs déplacements professionnels.


De quoi parle-t-on quand il est question de bicyclette électrique? Plusieurs modèles voient le jour au sein de l’industrie du vélo. « Il faut un mouvement sur le pédalier et l’utilisateur peut régler l’assistance que le système électrique apporte. Ça ajoute de la force au mouvement du cycliste », détaille Mme Bebronne.


Voici quelques avantages de l’assistance électrique en vélo.


Pratiquer de longues distances


Le vélo électrique donne la chance à tous de réaliser de longs parcours. Les personnes moins en forme peuvent utiliser ces vélos en ville pour leurs déplacements au travail, mais aussi pour faire de la randonnée. Madame Bebronne explique que dans un couple ou un groupe d’ami.es où certain.es sont moins habitué.es à l’effort physique, il est possible, grâce à la puissance de l’assistance électrique, de suivre les plus aguerri.es sur plusieurs kilomètres. « Ça permet de réduire le fossé et qu’on puisse profiter de la même activité ensemble », ajoute-t-elle.


Les gens ayant des problèmes de motricité peuvent trouver sur le marché des vélos qui se rapprochent plus d’une mobylette électrique que d’une bicyclette à assistance électrique. Mais quelle vitesse doit être imposée? Et le port du casque? Le débat subsiste quant à leur usage sur les voies cyclables.


Apprécier les parcours en relief


Il est aussi plus facile de franchir des obstacles. Un.e travailleur.euse devant parcourir une route avec une forte montée peut se rendre plus facilement au point d’arrivée.

« Il y a une croyance que de faire du vélo électrique, c’est de la tricherie. Mais non! Nous avons des témoignages de gens qui font du vélo électrique et, même s’ils forcent moins dans les côtes, qu’ils vont plus vite que s’ils pédalaient tout seuls, c’est quand même une activité physique. Ça comprend toute une partie des bienfaits du vélo classique », approfondit-elle.


Frais et dispo au boulot


« Quand on parle de vélo au bureau, on se dit qu’on risque d’arriver en sueur. On pense que si on n’est pas en mesure de prendre une douche et d’arriver prêt au travail, ça posera problème. Le vélo à assistance électrique est un très bon allié pour ce type de besoin », explique la chargée de programme.


Les infrastructures nécessaires dans les bureaux se multiplient au sein de plusieurs entreprises et établissements d’enseignement, ce qui donne un coup de pouce aux cyclistes.

Les routes cyclables créant de grands axes faciles à emprunter rendent le transport vers le travail encore plus attrayant pour ceux et celles prêt.es à investir sur ce type de véhicule.


Des opportunités professionnelles


Un dernier aspect inspirant du vélo électrique est son potentiel comme véhicule d’entreprise. Certains créent carrément un service de transport grâce au vélo cargo. C'est le cas de l'équipe de Déménagement Myette à Montréal dont on voit l'un des membres à l'oeuvre sur la photo.


« L’assistance électrique est intéressante pour rendre le transport du matériel d’un plombier beaucoup plus facile par exemple. On voit de plus en plus de livreurs à vélo. C’est une solution pour réduire les coûts et la congestion dans le domaine de la livraison », explique Mme Bebronne à propos de la région de Montréal notamment.


De l'Europe à l'Amérique


Le vélo électrique est conçu différemment au Canada et aux États-Unis par rapport à ceux d’Europe. Allant jusqu’à 32 km/h, les véhicules que l’on trouve au Québec peuvent aller plus vite que ceux en France. Une réflexion s’opère au sein de Vélo Québec par rapport à cette rapidité accrue.


« En Europe, on a des standards qui vont jusqu’à 25 km/h. Le cycliste peut dépasser cette vitesse, mais l’assistance électrique arrête à ce moment. Ce serait plus approprié à la réalité de nos réseaux cyclables », émet Mme Bebronne.


Les bicyclettes électriques ont été commercialisées en Amérique du Nord entre autres pour les adeptes de vélo de montagne. Il s’agirait d’une raison pour laquelle nos systèmes sont plus puissants. « La notion de wattage est importante. Si le mécanisme est trop faible, les démarrages et accélérations le seront aussi et le plaisir de la conduite est réduit », spécifie Magali pour expliquer la différence entre les modèles nord-américains et les modèles européens en terminant.


Vous aimez le vélo électrique? Vous êtes un ou une adepte ou vous savez que certain.es de vos collègues l’apprécient? Contactez l’Association des Centres de gestion des déplacements du Québec (ACGDQ) pour savoir comment intégrer ce transport actif à vos déplacements au travail ou aux études.

© 2020 ACGDQ.